L’État et les professionnels de la rénovation mobilisent les banques

lire la suite

Le secteur bancaire est un acteur essentiel pour la rénovation énergétique des logements. Certaines banques ont déjà répondu à l’appel de l’État en janvier, mais les professionnels de la rénovation les invitent à intensifier leurs actions pour les copropriétés.

Des acteurs bancaires signataires de la charte « Engagé pour FAIRE »

En janvier dernier, Julien Denormandie, ministre du logement, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès de la Ministère de la Transition écologique et solidaire, ont signé un avenant de la charte « Engagé pour FAIRE » avec plusieurs acteurs bancaires. Parmi eux, l’Association Française des Sociétés financières et plusieurs réseaux bancaires et de crédit.

Cette charte a été lancée en 2019 à l’initiative des pouvoirs publics, de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et du Plan Bâtiment Durable. Elle fédère à ce jour 150 acteurs économiques agissant pour la rénovation énergétique.

Les acteurs bancaires signataires de l’avenant s’engagent à renforcer leurs actions en faveur de la rénovation énergétique des logements. Ces actions peuvent prendre la forme :

  • d’offres de financements spécifiques tenant compte les aides de l’État,
  • d’avances d’aides publiques,
  • de formations à destination de leur collaborateurs aux enjeux de la rénovation énergétique
  • d’information aux particuliers sur les aides, le Réseau FAIRE et l’éco-prêt à taux zéro

Par ailleurs, l’État compte sur ces acteurs pour faire remonter certaines situations litigieuses comme l’utilisation frauduleuse du label RGE. En contrepartie, ils bénéficieront de la mention « Engagé pour FAIRE » qui valorisera leurs actions. L’ADEME a également mis à leur disposition ses outils de simulation.

Un secteur clé pour financer la rénovation, notamment pour les copropriétés

Le Conseil régional de l’Ordre francilien des architectes (Croaif) a présenté le 27 février les propositions d’un groupe de travail pour « faire plus et mieux pour les copropriétés« .

Créé dans le cadre de l’événement Réparer la ville en novembre 2019, ce groupe de travail réunit des acteurs de la rénovation des copropriétés. Ensemble, ces professionnels couvrent toute de la « chaîne de projet » de rénovation. Parmi eux, des représentants des architectes, des entreprises du bâtiment, des bureaux d’études, l’Agence Parisienne du Climat, une association de consommateurs ainsi qu’une école de management immobilier.

Le Croaif et ses partenaires sont alors parvenus au constat que les copropriétés constituent un gisement très important de rénovation énergétique, mais que les dispositifs existants sont insuffisants.

Ils ont donc décidé de publier leurs résultats afin de « dépasser les obstacles, faire évoluer textes et pratiques actuelles afin d’être à la hauteur des objectifs de rénovation des copropriétés ».

Parmi les quatre axes de travail, le sujet financier apparaît comme l’un des plus importants. En Ile-de-France, deux banques ont déjà expérimenté des prêts collectifs à des copropriétés pour des travaux de rénovation, avec succès. Dans ses 12 propositions (consultables en ligne), le groupe de travail insiste sur l’importance du rôle des banques. Il préconise par exemple :

  • que l’État sensibilise les acteurs bancaires au sujet de la rénovation des copropriétés
  • la création d’un produit bancaire dédié aux copropriétés et la facilitation du recours à l’emprunt collectif
  • l’intégration du financement des travaux au prêt initial consenti

Un groupe de liaison des acteurs de la copropriété a été créé afin de suivre les avancées de ce sujet. Il aura également pour mission d’inciter les pouvoir public à amplifier leur action à destination des copropriétaires en matière de rénovation énergétique.

Suivez-nous sur :

Illustration d'un crayon

Contactez-nous

Pour plus d’informations, contactez nos équipes sur actimmo@cler.org et rendez-vous fin janvier 2020 pour une mise en ligne complète du site Actimmo.